Rechercher

À quoi ça ressemble l'inde Any ?

L’inde c’est ;


• Pogner le trouble obsessionnel compulsif du « bubble head » c’est-à-dire, du dodelinement de la tête, mimique typiquement indienne qui signifie « oui-ok-oui-peut-être-finalement-je-sais-pas-trop » sans pouvoir te le garantir à 100%.


• Manger dans un resto et seulement avoir des grosses coupures pour payer la facture. Se faire dire de revenir payer demain parce qu’ils n’ont évidemment pas de change. Tomorrrrroooww, Tomorrrrrowwwww okayyyy « Bubble head ». L’oublier.


• Renoncer au silence et s’habituer à un nouvel environnement sonore. Les klaxons qui rugissent sans relâche, les chiens qui aboient, les corneilles qui hurlent, les ouvriers qui vargent sua' drille, la pioche et la pelle. Abdiquer et accepter cette effervescence désorganisée « oubedon » acheter des bouchons d’oreille au P.C.


• Pogner les nerfs après de chaudes négociations parce que tu viens de te faire fourrer de 25 cents … (Cri*** d’host*** d’Inde à mar****). Parce que, faut se dire les vraies affaires, c’est dull en crasse être à temps partiel dans un diner de cons et/ou être considéré comme un ATM.


• Regarder deux micro secondes ailleurs que par terre en marchant et piler sur une grosse bouse de vache. C’est ben swell les vaches sacrées, mais un moment donné, en plein milieu du boulevard, ça fera!


• Se faire mentir en plein face à peu près 99.9%. Tout est à 5 minutes selon les indications géographiques indiennes. Tout est à 50 roupies. En d’autres mots, se préparer à être complètement délatéralisé, marcher 1 heure sans savoir exactement vers quelle direction en fouillant toujours un peu plus creux dans son portefeuille. Namasté!


• Répondre à la question ; Which COUUUNTRRRRRY. Ohhh CANADA, verrrry errrryyy gooooodddd « bublle head ». My cousin lives in Ottawa. (Canada is really big) (pis BTW chu’ jamais allée à OTTAWA)


• Jamais savoir où il faut absolument enlever ses souliers et où l’on peut les garder. Attention aux bouses de vaches.


• En l’espace de 1,5 mètres de marche, transiter d’une ruelle à fragrance de pisse et de petits pieds, vagabonder le cœur au bord des lèvres vers une autre de Masala curry qui te fait saliver.


• Toujours pas savoir quoi répondre quand on te demande avec grand intérêt : Which rrrrreligiiiiiionnn ? S’cuse, j’viens de m’étouffer avec du thé. Faut que j’y aille. Ok bye.


• Crever de chaleur. On parle ici de chaleur 100% humidité avec-pas-de-pluie de catégorie « suer comme un porc en permanence ». Ça aurait l’air que je me detoxifie. Sérieux, quand on me dit ça, j’ai juste envie de faire un finger à l’humanité et aller boire trois litres de bières back to back avec une paille. Y’a pu aucune hosto de toxine dans ce body-là, j’le jure.


• « Ton espace personnel » communément appelé « La bulle » est resté avec tes références culturelles à Pierre-Eliott-Trudeau. BANG, on te rentre dedans comme si y’avait pas d’lendemain. Tout le monde se crisse de toi. Ce qui te permet d’atteindre un next level de résilience. (Ou pas. Voir plus haut, chapitre péter sa coche).


• CATÉGORIE EXPRESSION POPULAIRE. Tout est interminable en Inde : les trajets, la bouffe, les files. Heu, tapeu, la file indienne? Je précise pour ceux qui ne le sauraient pas ; je n’ai jamais vue AUCUNE FILE all over de l’Inde. JAMAIS. Comment ce concept puise trouver inspiration dans un des plus grands chaos sur Terre. Parce que pour être honnête, ça ressemble plutôt à des gros tapons humains bruyants et sudorifiants. (Capote pas, je sais que c’était en raison des Amérindiens, c’était pour la blague).





Je paraphrase évidemment afin de trouver des équivalences aux informations culturelle générale. Je ne trouverai jamais les bons mots pour décrire exhaustivement toute la richesse de cette culture.


À peine débarqué à New Delhi, certains ne penseront qu'à reprendre le prochain vol. D'autres persévèrerons quelques semaines, et rêveront de retrouver le sol indien dès leur retour. Et enfin, les inconditionnels, ceux qui orchestrent leurs vies en fonction d’un éventuel retour vers le sous-continent. Les mêmes ayant digéré que l’Inde, c’est un joyeux mélange de work in progress d’imprévus, de WTF et d’interminables points d’interrogation qui donne gout de r’venez s’y!


L’inde réserve une réelle expérience humaine à ceux qui prennent le temps de l’apprécier. Parce qu’elle surprend, ravit, dérange, déstabilise et qu’elle ne laisse personne indifférent. Parce qu’il n’y a aucun pays sur Terre au ciel jaune tamarin, au sari multicolors, qui te fait vivre 250 émotions en moins de 2 minutes.


Il n’a pas de limite à ce que le cœur peut contenir.

L'Inde est tout cela à la fois. Pis ben plus.


Incredible you ❤️



Créez de nouveaux posts, modifiez des posts existants, sauvegardez des brouillons ou publiez. Votre travail sera optimisé aussi bien pour les ordinateurs que pour l'affichage sur mobiles.




#vacances

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout