Rechercher

2020. C'est pas la fin du monde!

Des résolutions honnêtes et réalistes. Rire et être simplement bien!







2020. Ça sonne sérieux, tu trouves pas ?





Une recette NPK sagement étudiée qu’il faut suivre à la lettre pour avoir des belles tomates mûres d’automne.L’heure est aux nostalgiques rétrospectives de la dernière décennie. Tu l’auras comprit. 2020 c’pas rien. Un exercice personnel et introspectif qui peut faire émerger un large spectre des possibilités. Malgré quelques regrets et remords (NON la vie est pas toujours magique avec un beau filtre Instagram), ces 10 ans auront été une grande récolte généreuse en expériences et en apprentissages.

On fait le bilan. On prend du recul.

Un. Deux. Trois grands soupires.Une osto de grosse récolte de légumes imparfaits de su’Maxi ! Aspergé par plusieurs doses d’engrais à l’aveuglette et qui ont malheureusement parfois manqué d’eau. Au feeling comme qu’on dit.Pis tu sais quoi? C’est ben correct de même. Les récoltes ne sont pas toujours mûres. Faut les laisser sur le comptoir pour qu’elle puissent devenir plus juteuse. Plus goûteuse.Let’s get back.

Je me rappelle qu’en 2009 je commençais mon bac à l’Uqam. J’t’ais bien p’tite dans mes culottes dans ce gros building brun béton de la rue Sainte-Catherine. Je revenais tout juste d’Asie. De l’Inde. Évidemment.

J’avais déjà l’âme voyageuse.Je m’installais à Montréal pour vivre d’autres expériences plus urbaines et savourer la métropole. L’envie d’passer incognito et d’aller à l’épicerie en pyjama multicolore en mode anonymat.J’savais pas trop dans quoi je m’embarquais. Comme quand j’avais pris un aller sans retour à 19 ans avec Kiev airlines acheté sur les internets avec la carte de crédit d’peupa.

2009 encore Direction New Delhi. Beubye Qc. Hello choc culturel.


Me « pitcher » dans l’vide en parachute et me laisser porter par la densité de l’air. Faire confiance aux lois de la physique sans vraiment les connaître. La parachute va ouvrir. Je le sais. J’sais juste pas quand pis avec qui à mes côtés. J’avais confiance naïvement.Il aura passé 6 ans avant le retour. Tu sors la fille du lac. Jamais le ... Tu connais la suite. Comprendre que mon territoire, sa forêt, ses rivières, son fjord et les étoiles, rivalise très peu avec le béton, les bars et les gratte-ciel de la ville. Comprendre que y’a rien comme le Lac. Tu’l sais ben!Pis j’ai bouclé la boucle, « wapper » tout ça ensemble, faite un gros tas et je suis repartie en Inde. 8 ans plus tard. L’impermanence des choses. La seule constance. Ou presque.

L’âme voyageuse disais-je.

L’Inde ma enseigné, m’a boulversé, m’a choqué. Elle m’a aussi appris que le mot « maison » peut en faite être n’importe où. Se sentir chez soi n’est rien d’autre qu’un sentiment familier et une impression réconfortante d’un lieu. Un espace avec des paires et de repaires. All set comme qu’on dit. All right comme qu’on l’sent.

La vie est bien faite pareille. Pis elle m’a pas lâché.10 ans. Fuck, c’est vrai que j’ai pu 20 ans.Pour la prochaine je nous souhaite de rire ! D’exploser de rire. Les sourires sont communicatifs et universels. Bien au-delà des frontières et des cultures.Il faut parfois ridiculiser la vie pour mieux en saisir le sens. Tantôt la caresser et de l’autre côté se l’a lancer sur l’épaule avec négligence et satires. Elle nous joue des tours pour nous rattraper dans l’détour. Subtilement et violemment à la fois.Je nous souhaite de se moquer d’elle.

De ne pas toujours la prendre au sérieux. Je nous souhaite de réduire nos attentes pour limiter nos déceptions. Lâcher prise. Accepter l’incontrôlable avec détachement et sérénité.Je nous le souhaite. Sincèrement.


Je nous souhaite d’être ému à chaque jour. Que toutes les larmes dans nos yeux trouvent leur chemin sur nos joues. Qu’elles soient de joie ou de peine. Elles sont toutes aussi importantes que nos sourires.Je nous souhaite d’avoir le courage nécessaire afin d’honorer notre propre et unique définition du bonheur.Je nous souhaite de dégager de l’espace dans nos têtes pour qu’ils puissent trouver leur route vers le cœur. Je nous souhaite de nous unir à nous-mêmes et aux autres.Pis je me promets de poursuivre mon joyeux pèlerinage à travers les âges et les continents. À travers les personnes qui viennent et qui repartent. Parce que j’ai envie de rire. Rire sans pudeur avec 100 octaves de trop. Rire d’un rire franc profond, sincère, honnête et incarné. J’ai envie qu’il s’imbrique à merveille avec mes nouvelles rides au visage et mes cheveux blancs aux temples. Qu’il soit contagieux et inspirant pour les prochaines décennies à venir.Pis je te le souhaite aussi. Je nous le souhaite.Qu’à devienne les lendemains qui chantent et rient. Nous sommes plus fort que tout l’ennuie du monde.


Y’en n’a pas d’recette parfaite d’engrais! Parce qu’on est toutes et tous de beaux légumes avec des besoins en nutriments et en eau ben différents.


😉La vie est belle. Merci d’être là. Rions ! ❤


Lokha Samastha sukhino Bhavantu Traduction libre. Peace Love Recpect and Reggae ✌🏼#MonPremierThaliDeLaDecennie #HelloMaBelleIndia


1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout